Différentes utilisations possibles des images en classe de Philosophie, par Mireille Nicolet

Présentation de plusieurs activités pédagogiques conçues par Mireille Nicolet, et proposées aux rencontres de novembre 2016 consacrées à “textes & images” ; le compte-rendu a été rédigé par Victor Lagarde.

Présentation de la façon dont les images sont utilisées en cours, de toutes les façons possibles. Le but n’est pas d’illustrer, mais de susciter une réflexion. (cf. diaporama)

  • En AP avec des 1ère S : diffusion du Scaphandre et le Papillon, en deux fois une heure, puis discussion à la fin de chaque heure.

A la moitié du film, première discussion, avec des questions. A la fin du film, pas vraiment de discussion, les élèves étaient très émus. Les élèves retiennent des faits, et posent des questions. L’année suivante, poursuite du travail avec le film Les Yeux Ouverts, qui ouvre le débat sur l’euthanasie.

  • Création d’un Pôle Culture au lycée, avec la page facebook Être-là.
  • En 1ère L : utilisation d’images pour faire définir la culture. Les élèves choisissaient l’image qui correspondait le plus à leur conception de la culture.
  • En terminale, un film par an à voir au cinéma avec les classes. Les élèves doivent choisir un fait dans le film en rapport avec une notion du programme, et en tirer des problèmes philosophiques. Certains films peuvent permettre de conceptualiser une notion, par exemple avec le Respect sur le film Va, vis et deviens.

  • Travail de début d’année sur des photos censées susciter l’étonnement. Problème : les images projetées ne suscitent pas l’étonnement. Mais faut-il vraiment s’y attendre en leur fournissant des images ? Pourquoi ne pas leur demander d’amener des images qui les étonnent ?

Discussion sur le rapport à l’image, qui se pose aussi pour la littérature : s’intéresse-t-on à la dimension poétique d’un texte, d’une image ? Ne s’arrête-t-on pas trop, en philosophie, à la narration ? L’image peut être un ressort à l’analogie, point important de la pensée (ce qui engage une certaine conception de la pensée). L’image est aussi une façon de mobiliser l’imagination. En prenant comme point de départ une image (photo, extrait de film) on peut mobiliser ce que l’imagination va produire, ce qui mène éventuellement au questionnement philosophique (ne serait-ce que dans la production de questions). Image et narration (qu’il ne faut pas forcément dissocier) peuvent susciter ce travail de l’imagination.

Problème possible : on vient les chercher sur un terrain un peu saturé pour eux, celui de l’image. Il faut sans doute créer une dissonance pour qu’un problème se pose. C’est un problème à affronter pour le cinéma : peut-on partir d’un mode d’image dont les élèves sont saturés [blockbuster], ne risque-t-on pas un effet de projection ? Nous mettrions des problèmes dans ces images qui n’y figurent pas pour les élèves. C’est le problème des propriétés culturelles des images que nous choisissons…

Revenir au sommaire des rencontres de novembre 2016 consacrées à “textes & images”

Une réponse à “Différentes utilisations possibles des images en classe de Philosophie, par Mireille Nicolet

Laisser un commentaire